3 tagged articles Perversion

The end ♥ 02/01/2018

Hello everyone ! Bon, comme vous l'aurez compris en lisant le titre, cet article est là pour annoncer la FIN définitive du blog. Et oui, je suis sincèrement désolée de vous dire ça mais il fallait bien qu'il s'arrête un jour. J'ai essayé plusieurs fois de le reprendre (mais toute seule c'est pas évident) sauf que je finissais toujours par le remettre en pause par manque de temps (et parfois de motivation, j'avoue). Aujourd'hui je suis dans la vie active donc c'est compliqué de m'occuper de ce blog et même si j'ai en ce moment la possibilité de m'occuper d'OETD, c'est l'envie qui me manque. Je n'aime plus trop la plateforme Skyrock et je pense avoir fait mon temps avec ce blog. OnEstTousDifferents m'a permis de faire de merveilleuses rencontres, m'a ouvert l'esprit plus que jamais, m'a sensibilisée à des sujets que je connaissais à peine voire pas du tout, m'a fait me sentir utile... Bref, je sais qu'OETD a aidé beaucoup de personnes. Mais il m'a aidée aussi. Aujourd'hui je prends la décision d'arrêter parce que je ne me sens plus capable de le gérer et parce qu'il faut bien une fin à tout. Et je sais que certaines personnes vont se proposer pour le gérer, merci à vous mais désolée, c'est non, je préfère arrêter définitivement cette aventure. Libre à vous de créer des blogs pour aider les autres (bravo si vous le faites)... si vous pouviez éviter de reprendre exactement le même concept en revanche, ça serait top parce que c'est Céline qui l'a inventé et même si on ne se parle plus aujourd'hui, je n'ai jamais aimé qu'on copie ce magnifique blog. Voilà, encore une fois je vous prie de m'excuser pour ceux qui voulaient que le blog continue. (Et désolée aussi à ceux qui m'ont envoyé des messages ou des commentaires ces derniers mois parce qu'ils voulaient témoigner, I'm sorry.) Ce fut une merveilleuse aventure qui a duré plus de 5 ans (avec des pauses, certes) et qui m'a permis de grandir donc un huuuge MERCI à vous tous ! ♥ J'aimerais bien pouvoir vous aider encore, mais je n'ai plus d'idée pour ça, pas de plateforme qui me tente et moins de temps aussi... Donc vous pouvez toujours suivre @OETDifferents sur Twitter si vous avez besoin de conseils ou juste de vous confier (je donne volontiers mon Twitter personnel aussi si vous le souhaitez mais accrochez-vous, je suis beaucoup + relou). Peut-être qu'on se retrouvera un jour ailleurs, peut-être pas ! En tout cas encore merci pour tout et j'espère que je [nous] vous l'ai [l'avons] bien rendu pendant ces cinq belles années !

Au passage, je vous souhaite une merveilleuse année 2018 ! La santé pour vos proches et vous, beaucoup de bonheur, de réussite, d'épanouissement, et surtout plein d'amour.
Je vous envoie plein de courage si vous en avez besoin et n'oubliez jamais que vous êtes des personnes formidables. Gardez espoir.
Love,
 
Flo'

J'ai vécu une amitié très malsaine 30/11/2016

"J'en suis arrivée à un point où couper les ponts me semblait être la seule issue..."


Qui es-tu ?
Disons que je m'appelle I. J'ai 18 ans et je fais des études en pâtisserie.

Tu peux nous parler un peu de la personne avec qui tu étais amie ? Depuis combien de temps vous vous fréquentiez et comment vous vous êtes connu(e)s ?
Pour planter le décor nous nous sommes rencontrées il y a trois ans pendant nos études . Elle a eu une enfance vraiment pas anodine, une enfant malade , qui a presque grandi à l'hôpital. 

Maintenant votre amitié est pour toi réellement terminée ? Depuis quand ?
Oui pour moi elle est totalement terminée depuis presque 2 mois.

En quoi votre amitié était si malsaine ? Comment t'en es-tu rendu compte ?
Quand nous nous sommes rencontrées tout nous opposait, elle était d'un coté extravertie (enfin au premier abord) j'étais plutôt introvertie, elle consommait les hommes les uns après les autres, j'étais plutôt réservée... Mais pourtant ça n'a pas été un obstacle pour faire connaissance. J'ai très vite senti que derrière cette facette de fille extravertie se cachait quelqu'un d'extrêmement fragile. J'ai toujours eu ce besoin d'aider les autres pour m'aider moi-même, seulement à vouloir lui faire du bien je me suis fait beaucoup de mal. Au début de notre relation tout se passait plutôt bien, j'ai très vite rencontré sa famille avec laquelle je m'entendais très bien. Elle avait cependant une relation volcanique avec sa mère. Elle pouvait vraiment lui tenir des propos blessants, lui reprochant de ne pas avoir été là quand elle était malade... Des mots très durs pour une maman qui lui donnerait tout. 
Et puis elle devenue de plus en plus possessive, jalouse et exclusive, je lui ai passé beaucoup de choses sur le compte de son enfance difficile (je pourrais me faire l'avocate du diable). Elle pouvait me faire culpabiliser pour des choses ridicules au final. Je m'en rends compte à présent. Elle a pris une emprise sur moi, dès qu'elle avait une baisse de moral je pouvais faire 1h30 de train pour aller la réconforter. Je passais presque tous mes week-end chez elle en plus de l'internat où nous étions ensemble. 
J'ai réalisé bien plus tard que cette relation était malsaine, elle se permettait de me faire des remarques sur mon physique ou mes vêtements alors que je ne faisais que la protéger. Je me souviens d'un été il y a deux ans où je m'étais séparée de mon ancien copain, j'avais eu le malheur de ne pas lui répondre au téléphone qu'elle m'avait fait tout un mélodrame pour me faire culpabiliser. Et moi bonne poire je suis revenue vers elle alors qu'elle était totalement en tort. Idem quand j'ai perdu mon grand-père, à cette période là je me suis rapproché d'un garçon, et je l'avais gardé pour moi. Quand elle l'a appris, pareil, elle m'a fait un cirque pas possible, et une fois de plus j'ai fermé les yeux, je savais qu'elle était mal, mais je me rends aussi compte quelle me prenait pour son souffre-douleur. Lorsque je me suis mise avec ce garçon, elle m'a dit qu'elle ne voulait pas en entendre parler. Assez paradoxale pour quelqu'un qui se prétend être votre meilleure amie. D'ailleurs au fond de moi je savais que je pouvais pas me confier à elle, c'était une amie que j'aimais beaucoup mais que je mettais sur un piédestal.
Hors sa haine contre la vie la rongeait, j'avais beau la consoler, la relever, elle retombait à chaque fois. Je n'étais qu'une oreille attentive, je ne l'ai jamais jugée, j'essayais toujours de donner mon avis avec le plus de douceur quand elle me le demandait, sinon je ne me le serais jamais permise. Contrairement à elle qui parlait sans filtre et qui pouvait être très blessante. J'ai toujours répondu présente, dit oui à ses caprices, soutenue dans ses péripéties... C'était une amitié qui allait dans un sens. Je ne cherche absolument pas à me faire plaindre car je suis fautive aussi, j'aurais dû m'affirmer mais par peur de la blesser j'ai tout gardé pour moi. 
Sauf qu'au bout d'un moment elle m'a épuisée, vidée. C'est pas pour la traiter de folle que je dis ça mais cette fille a réellement besoin d'un soutien psychologique, par rapport à son passé... C'est une fille qui a tout pour elle, belle, une famille qui la soutient... Et je me suis rendu compte que malgré tous mes efforts je ne pouvais pas faire ce boulot à sa place, elle doit se réparer au plus profond d'elle. Aujourd'hui je ne lui souhaite que du bonheur sincèrement, je ne lui jette pas la pierre vulgairement mais c'est vrai que cette relation m'a beaucoup fait souffrir mais aussi grandir, je n'en garde que le positif. Je ne cherche pas à me faire plaindre, mais j'aimerais simplement être comprise. Aujourd'hui je me sens libre, j'ai appris sur moi-même, je me suis fait mes armes.

Est-ce qu'il y a eu un élément déclencheur pour que tu te rendes compte que cette amitié était malsaine ?
Non pas vraiment c'était un ras-le-bol général...

Cette fille t'étouffait ?
Oui exactement.

Est-ce qu'elle voulait être ta seule amie ou tu avais d'autres amis à part elle ?
Oui elle était possessive et exclusive. J'ai déménagé il y a 3 ans, la date de notre rencontre donc je me suis beaucoup consacrée à elle, en gardant quand même beaucoup contact avec mes amies de là où j'habitais avant seulement je ne les voyais que très peu (longue distance) mais sinon je pense qu'elle ne l'aurait pas supporté !

Et elle, elle avait d'autres personnes à part toi sur qui compter ?
Sincèrement, non je pense que j'étais vraiment un réel soutien pour elle. Maintenant j'espère qu'elle se rendra compte qu'elle a le potentiel pour se faire des amies mais qu'il faut en prendre soin. Je ne lui jette pas la pierre.

Tu te sens épanouie depuis que votre amitié est finie ?
Oui c'est un vent frais qui souffle sur ma vie, même si parfois il m'arrive d'être nostalgique, je ne regrette rien ! Je me reconstruis tranquillement, je vois des amies laissées injustement de côté, je me fixe de nouveaux objectifs, de nouveaux projets !

Comment ça s'est terminé ? Naturellement ou l'une de vous a "pris la décision" ?
C'est moi qui ai pris la décision, je lui ai envoyé une lettre car j'arrive mieux à m'exprimer ainsi. Certains me comprendront, d'autres me penseront lâche. Je lui ai expliqué que j'avais envie de voir autre chose, qu'il fallait qu'on grandisse mais chacune de notre côté, que je ne garde que le positif et que je crois en elle.
Et comment a-t-elle réagi à ta lettre ?
Alors, elle ne m'a pas envoyé un message pendant une semaine puis elle est revenue vers moi gentiment au début. Mais après elle est revenue "agressive", certainement blessée aussi, seulement pour moi je n'ai plus envie de vivre ça. 

Qu'est-ce que cette relation t'a apprise sur l'amitié ?
Je pense que chaque amitié est différente comme chaque histoire d'amour. J'ai surtout appris sur moi mais j'en conclus qu'une amitié il faut que ça aille dans les deux sens et qu'il faut en prendre soin.

Vous vous croisez encore quand même ? Tu as de ses nouvelles ?
Non on ne se croise plus. Les dernières nouvelles que j'ai eu d'elle ne m'ont aucunement donné envie de retourner vers elle. J'ai vu son visage sans mes yeux d'amie. Alors je préfère en garder le souvenir que j'en ai moi dans les bons moments que j'ai pu avoir avec elle.

Un dernier mot ?
Pour celles et ceux qui sont dans la situation que j'ai pu vivre, je sais qu'on aime, qu'on passe au-dessus de ces choses qui blessent, et il faudra un déclic pour oser parler, peut-être que votre amie saura vous écouter, et si elle ne veut pas c'est qu'elle n'en vaut pas la peine. Sincèrement. J'en suis arrivée à un point où couper les ponts me semblait être la seule issue mais chaque amitié est différente, mais surtout SURTOUT N'OUBLIEZ JAMAIS QUE VOUS AUSSI VOUS MÉRITEZ D'ÊTRE VRAIMENT HEUREUX !
Et un clin d'½il pour les cinéastes : Le film "Respire" illustre vraiment ce type de relation ! A mettre les frissons !
Sur ce je vous laisse, merci d'avoir pris le temps de lire, ou rien que d'avoir parcouru cet article. N'hésitez pas à me contacter si le c½ur vous en dit ! Et MERCI à la créatrice et à la gérante du blog !

Tags : Amitié - Passé - Perversion

Je vis avec un pervers narcissique 14/05/2016

"Le plus grand danger, c'est que le pervers narcissique vous fera passer pour la personne qui fait le mal, et que vous le croyiez."

"Je me sens bien plus légère depuis que j'arrêté de te voir."

Qui es-tu ?
Je suis Mouche ou Wrabbit sur le net, et je ne donnerai pas mon nom.
Je suis une fille, parfois un mec.

Qui est le pervers narcissique avec qui tu vis ?
Cette personne est ma mère, et je vis avec elle depuis le début de ma vie.
Mais je m'en suis rendu compte il y a peu.

Pourrais-tu définir ce que tu entends comme pervers narcissique ?
Un pervers narcissique est une personne qui a toujours raison selon elle, qui est tantôt la meilleure personne du monde, tantôt celle qui te fera pleurer des jours et des jours, qui te rabaisse perpétuellement, et le pire dans tout ça, c'est qu'on s'en rend compte quand c'est trop tard, que les dégâts sont fais, voire pire : jamais.

Quelles sont tes relations avec ta mère ? Ont-elles toujours été ainsi ?
Ma relation avec ma mère connaît des bas et des hauts. Assez extrêmes, tout dépend de son humeur. Elle sera la meilleure maman du monde une journée, puis le lendemain matin elle me dira des choses comprenant souvent mon père (ils divorcent depuis 6 ans) en me rabâchant que je suis comme lui dans le mauvais sens du terme, puis mes problèmes "Pendant que toi tu te scarifiais, moi je bossais et personne ne me demandait ce que je ressentais MOI", et l'école qui est un sujet sensible pour moi, et elle le sait très bien.

Qu'en pensent les autres membres de ta famille ?
Ils ne le savent pas, ne se rendent pas compte, elle ne fait ça qu'à moi, à vrai dire les seules personnes au courant sont mes deux amies, dont une qui m'a bien aidée à m'en rendre compte.

Quelles sont les conséquences de son comportement au quotidien ?
J'ai assez peu de confiance en moi malgré les apparences, aussi j'ai une grosse tendance à me rejeter la faute automatiquement.  Et selon une amie ce serait peut-être la raison pour laquelle je n'ai pas de sentiments *à part la colère, la peur et l'exaltation....voyez les dégâts*, je cite "Pour me protéger".
Probablement d'autres choses, mais comme ça a toujours été le cas, j'en suis imprégnée, puis je m'en suis rendu compte il y a peu.

Tu as des frères et s½urs ? Si oui, ta mère ne se comporte pas de la même façon avec eux ? Pourquoi ?
Nope pas de frères ni de s½urs, en revanche on a un chat, et j'ai toujours eu du mal à différencier de quand elle lui parle à lui ou à moi. 

Tu n'as jamais voulu parler à ton père de ce problème que tu as avec ta mère ?
Non je n'ai jamais parlé de ça avec mon père, parce qu'il ne la porte pas dans son c½ur, et ne pourrait pas être objectif. De plus j'ai beaucoup de mal à en parler même à mes deux amies, parce que moi-même je ne m'en rends pas toujours compte, c'est souvent après coup que je me dis que ce n'est pas normal ce qui se passe entre nous.

Que t'ont dit les deux seules personnes qui sont au courant ?
L'une ne sait pas quoi en dire, l'autre a déjà eu affaire à un pervers narcissique, c'est elle qui m'a ouvert les yeux, et aussi elle chez qui je viens me plaindre quand ça va pas du tout. Je n'en attends pas plus d'elle, car elle aussi n'a que seize ans et ses problèmes à gérer, sachant qu'elle en fait déjà énormément pour moi.

Tes rapports sont toujours conflictuels avec ta mère ?
Non, à certains moments nous sommes vraiment complices, on rigole bien et tout et tout, mais de plus en plus lorsque nous sommes comme ça, je ne peux pas m'empêcher de me demander quand viendra la première pique qui sera suivie par d'autres. Surtout je me demande tout le temps, si un jour elle en viendra à arrêter de me torturer moralement, mais qu'elle le fera physiquement.

Est-ce qu'il y a quelque chose qui t'aide à surmonter ce problème ?
Eh bien pas grand-chose si ce n'est que de tabasser un mur ou venir pleurer dans les bras de ma pote, et autre chose de bête, mais je me dis qu'au moins moi j'ai une maman, pas comme certains.

Tu souffres beaucoup de cette situation ?
Oui, j'ai tous les jours la boule au ventre quand je rentre chez moi, même si l'école me fait le même effet, être à la maison est bien pire.
Mais bon, dans deux ans je passe mon bac et je me barre en France pour vivre ma vie à moi.

Un conseil à ceux qui pourraient être dans une situation similaire ?
Renseignez-vous! Parlez autour de vous, soyez entourés d'amis ou de votre famille, prévoyez un endroit où se réfugier.
Le plus grand danger, c'est que le pervers narcissique vous fera passer pour la personne qui fait le mal, et que vous le croyiez. Je doute toujours, ne faites pas comme moi ! Au moment où j'écris ça, je m'en rends compte, mais lorsque ma mère rentrera et commencera, je serai totalement soumise, et prête à croire tout ce qu'elle me dit.

Un dernier mot ?
Je dis bonne chance / courage si vous êtes dans ce cas! Sachez que vous n'êtes pas seuls dans ce cas !
Et regardez cette vidéo qui m'a beaucoup aidée à m'en rendre compte, c'est mon amie qui me l'a envoyée, et je la remercie énormément pour ça !

Tags : Famille - Perversion

L'homme que j'aimais a couché avec ma mère 18/01/2015

"Je me sentais trahie et salie..."

("C'est un conte de fées moderne. Pas de fin heureuse.")

Qui es-tu ?
Je m'appelle Sabrina mais tout le monde m'appelle Sab. J'ai 17 ans et je suis en première littéraire.

Y a-t-il une grande différence d'âge entre cet homme et toi ?
Oui assez, même beaucoup je dirais... Pour vous donner une idée, il a aujourd'hui 36 ans et j'en ai 17. Ça fait donc 19 ans d'écart.

Comment l'as-tu rencontré ?
C'était l'été donc les vacances. Il était là, toujours avec ma mère, mes s½urs et moi, je ne me souviens pas du jour exact de notre rencontre, pendant les vacances on n'a pas trop la notion du temps. Par contre je sais ce qui m'a séduit, il avait tout du mec dangereux, souvent torse nu, il conduisait sans permis, se droguait, avait toutes les filles à ses pieds... C'était un véritable coup de foudre.

Quand tu en es tombée amoureuse, avait-il déjà une relation avec ta mère ?
Non, ils n'étaient pas en couple. Cela étant dit, ils entretenaient bien une relation amicale très forte. Mais l'un et l'autre étaient en couple chacun de leur côté.

Quand as-tu appris qu'il couchait avec ta mère ? Et comment as-tu réagi ?
Je l'ai appris à la fin des vacances, le jour où je rentrais sur Paris. Je me souviens des dernières minutes avec lui, il m'a embrassée sur le quai de gare, c'était comme dans les films... Jusqu'à ce que je rentre dans le train. J'étais déjà mal parce que je le quittais, alors quand je me suis retrouvée seule dans le train avec ma mère et qu'elle m'a dit en rigolant "J'ai couché avec L..." Je suis restée choquée, mon c½ur m'a fait mal tout de suite. Je ne pouvais pas le montrer, ma mère ne connaissant pas ma "relation" avec lui. Je suis alors restée silencieuse pendant qu'elle me détaillait leurs ébats... C'est une fois rentrée chez moi, dans ma chambre, que je me suis effondrée, je n'ai pas pu m'arrêter de pleurer de la nuit. Je me sentais trahie et salie...

Lui en voulais-tu ? Et à ta mère ?
Lui, à qui j'aurais dû en vouloir parce qu'il savait que je l'aimais et était censé me rendre cet amour, je n'ai pas réussi. Je l'aimais plus que tout, c'était une véritable passion amoureuse, j'aurais tout fait pour lui. Alors lui en vouloir parce qu'il avait couché avec une autre femme, même si c'était ma mère, me semblait incohérent. Je le savais en couple, je connaissais même une de ses maîtresses... Alors comment faire pour lui en vouloir ? Je n'étais qu'une conquête, mais à ce moment je me disais qu'il me préférait à toutes, que j'étais comme il me disait, exceptionnelle pour lui. Ma mère c'est bien différent, alors qu'elle n'était pas au courant de notre "amour" je lui en ai voulu... Et je lui en veux encore. Ma mère, ma chaire, mon sang, a couché avec l'homme pour qui je respirais. Le pire, c'est que bien qu'aujourd'hui elle sache ce que j'ai éprouvé pour l'homme qui a été son histoire de quelque nuits... Elle continue à m'en parler comme d'une erreur qui ne dépendait pas de sa volonté, c'était son destin de coucher avec lui... Mais je suis obligée de l'aimer, c'est ma mère, disons que je la déteste autant que je l'aime.

T'en veux-tu d'avoir été amoureuse de lui ?
Énormément. Tout autant j'ai du mal à le haïr lui et ma mère, tout autant moi c'est plus simple. Je me demande souvent comment j'ai pu l'aimer, puis comment j'ai pu croire que c'était possible entre lui et moi... Mais disons que je m'en veux d'avoir juste pensé un instant qu'il aurait pu m'aimer. Quand je regarde ma mère et toutes les autres filles avec qui cette homme est sorti, mince et belle et que je me regarde moi, je me dis que c'est normale qu'il ait couché avec ma mère... Elle correspondait plus à son genre de femme que moi : grosse et moche, sans compter l'âge. En y repensant aujourd'hui je me trouve très idiote.

Qu'éprouves-tu pour lui maintenant ?
C'est compliqué... J'ai réussi à ne plus l'aimer, me détacher totalement de lui... Tout ça a été fort difficile. Mais il faut savoir que jamais l'amour que je lui portais n'a été entaché par la relation qu'il a eue avec ma mère.

Tu avais donc avoué à cet homme que tu l'aimais ?
Eh bien oui, ça a été très dur...  J'avais honte à la fois, parce que je pensais sincèrement ne pas mériter que lui m'aime. Puis l'âge aussi... Mais bon, je me suis dit que si je ne lui disais pas, je n'aurais jamais de réponse et que du coup ça me mettrait encore plus mal que d'avoir un non définitif. Donc je lui ai dit. En fin de compte quand je lui ai chuchoté à l'oreille "Je t'aime", il m'a répondu, "Je sais". Cette réponse, je n'ai jamais su comment l'interpréter...

Avais-tu une relation avec lui, l'avais-tu déjà embrassé ?
Une relation... Oui et non. Disons qu'il aimait à dire que j'étais une de ses femmes, il m'a embrassée pour la première fois lors d'une soirée. J'étais si bien, heureuse... Puis après il s'est passé tant de choses, j'ai dormi avec lui, plusieurs fois, là j'étais sur un petit nuage...  Il m'avais promis de me faire l'amour à mes 18 ans, j'étais à la fois terrifiée, et excitée à cette idée. Je vivais un vrai conte de fée, version 2013/2014.
 
Comment a réagi ta mère quand tu lui as dit les sentiments que tu éprouvais pour cet homme ? 
Je vais la citer : "Mais ça nous met en concurrence si t'as couché avec lui." Après ça elle a ri.
C'est seulement quelque jours plus tard, que je pense qu'elle a réalisé me disant qu'elle se sentait coupable de me l'avoir fait rencontrer mais jamais, elle ne s'est sentie coupable d'avoir couché avec lui ... 
 
Tu dis qu'il avait plusieurs maîtresses... Ça ne te dérangeait pas ? 
Jamais. Je l'ai connu en couple avec une maîtresse et ça ne m'a jamais empêché de l'aimer... De toute manière ça faisait partie de lui, et c'est le tout lui que j'aimais : défauts et qualités. 

As-tu été en contact avec lui depuis cet été ? Et ta mère ?
Par téléphone, oui. Des contacts au début régulier, puis après ils ne prenait plus la peine de me répondre et me passait soit sa femme, soit des gens avec lui... Puis un jour il n'y a plus eu aucun contact quand j'ai avoué à sa femme qu'il l'avait trompée avec x femmes. 
Ma mère ? Oui, je la vois... Mais c'est des rapports toujours sous tension et difficiles et pas toujours à cause de ça... 
Je n'en suis pas certaine, mais aux dernières nouvelles elle n'a plus de contact avec. Bien que j'ai appris qu'ils s'étaient vus alors qu'elle m'assurait le contraire... Je ne sais pas vraiment quoi en penser, cela ne m'intéresse pas de toute manière. 

Et pourquoi tu as dit ça à sa femme, tu étais en colère ?
En colère ? Sans doute... Elle venait de me dire ce qu'il disait derrière mon dos... Il parlait sur tout le monde, j'ai eu tord de croire que j'aurais pu en être épargnée. Donc voila, ça a été une petite vengeance... Après, il y a le fait que j'aime beaucoup celle qui était sa femme, et qui lui faisait beaucoup de mal (la tapait, l'intimidait...) et du coup je me suis dit qu'il fallait qu'elle sache tout. 
 
Quand tu as dit à sa femme qu'il l'avait trompée, comment ont réagi cet homme et ta mère ?
Lui a réagi d'une manière étrange... Il était à la fois très en colère mais voulait me garder de son côté, il voulait me retourner contre sa... son ex maintenant. Me disant qu'il ne m'avait jamais jugée derrière mon dos, que c'était elle qui faisait ça... Il m'a même dit qu'elle avait abusé de ma faiblesse, qu'elle m'avait forcé à lui avouer, m'avait poussée dans ce sens. Il me la diabolisait quoi. Puis il a cherché à me faire culpabiliser, il disait que j'avais gâché sa vie, qu'il avait envie de se tuer à cause de moi, que j'avais de la chance qu'il continue à me parler car je ne le méritais pas... 
Ma mère elle était déçue : "Je ne te confierai plus jamais rien." Le fait est qu'elle n'a jamais rien su garder pour elle, alors cela ne m'a pas vraiment touchée. Elle a ensuite été plus énervée contre celle à qui j'ai répété tout cela... Celle-ci ayant appelé le compagnon de ma mère pour lui dire la vérité.

Un dernier mot ?
Merci de me laisser témoigner, je parle rarement, même jamais du mal que m'a provoqué cette histoire... Je n'en ai jamais l'occasion, ou plutôt je ne trouve personne pour le faire... Dur de faire comprendre qu'on a aimé une personne qui avait plus du double de son âge, qui m'a toujours rabaissée et qui en plus a couché avec ma mère... Donc merci ♥ 

Tags : Famille - Amour - Perversion