J'ai peur de retomber dans la dépression, l'anorexie et la boulimie

"Battez-vous car aucune maladie n'a le droit de prendre vos vies comme ces maladies le font."


Qui es-tu ?
J'ai pris l'habitude de me faire appeler Autumn ici et j'ai 18 ans. 

Pour quelle(s) raison(s) es-tu tombée dans l'anorexie et la boulimie ?
Je ne sais pas tellement. Je dirais un manque de confiance en moi assez conséquent et puis la répétition depuis petite que je suis mince, que j'ai que les os sur la peau et tout simplement que je suis anorexique et boulimique, le tout de façon humoristique mais franchement, est-ce vraiment drôle ? Mine de rien notre cerveau enregistre et intériorise de sacrées conneries. 

Combien de temps cela a-t-il duré ?
Je n'arrive pas à mettre une date précise sur le commencement, c'est assez flou et puis ça c'est installé petit à petit. Je dis souvent fin 4ème début 3ème et puis je m'en suis sortie fin 1ère. Ça a donc duré 3 longues années. 3 longues années de mensonges, car oui, il est important de dire que pendant tout ce temps je ne m'avouais absolument rien. Je suis morphologiquement mince, c'est un fait, une excuse bien pratique.

Depuis quand et comment t'en es-tu sortie ?
Ça fait maintenant un tout petit peu plus d'un an que je m'en suis sortie. Il est important de dire que je n'avais pas une anorexie et une boulimie très très violente dans le sens où aucune hospitalisation n'a été faite et je pense que c'est pour ça que j'ai pu m'en sortir seule. Je ne me suis d'ailleurs jamais fait vomir ( c'était morphologique comprenez-vous^^). Si j'ai réussi à m'en sortir c'est tout d'abord car j'ai eu peur pour moi et franchement, je ne souhaite à personne de vivre ce sentiment. Ce sentiment qui vous dit, soit tu remontes la pente soit tu te laisses couler et là ma vieille je sais pas si tu pourras t'en sortir. Je me souviens encore parfaitement de quand c'était, durant une semaine de randonnée à cheval et sincèrement encore aujourd'hui je ne sais pas comment j'ai tenu. J'ai passé une semaine à angoisser comme une folle avant chaque repas, à comment j'allais faire pour que mon alimentation assez faible ne se voit pas. Une semaine à me répéter en boucle (je me souviens encore des phrases par c½ur) " Allez une bouchée de plus, ça va aller. Tu ne vas pas vomir. Ça va aller. Une bouché de plus ne va pas te tuer." J'ai mis une bonne année avant de pouvoir dire que je m'en étais sortie et c'était quand même un bien grand mot car j'étais tout de même encore assez fragile puis, encore aujourd'hui j'ai de belles cicatrices, la peur par exemple. 

Pendant combien de temps as-tu été en dépression et quand était-ce ?
C'est une période beaucoup plus courte, 2 ou 3 mois pas plus. Ça a été la conséquence de 3 années de mensonges. Durant l'été de première j'ai réussi à remanger sans trop de souci et c'est comme ça que j'ai su que j'étais guérie. Fini le non-goût ou le goût de sang dans les aliments, finies les angoisses avant les repas, finies les envies de vomir à cause du dégoût que me procuraient la vue et l'odeur d'une assiette. J'ai donc commencé à me poser des questions sur ce qu'il c'était passé. Je le savais au fond de moi, je l'ai toujours su mais quand j'ai enfin accepté de me l'avouer j'ai fait une sacrée chute. 3 ans de mensonges aux autres et surtout à soi ce n'est pas facile à accepter surtout quand il s'agit de maladies auxquelles vous avez été associés depuis longtemps et que vous avez vu une amie à vous partir en hospitalisation. C'était donc début terminale.

Comment t'en es-tu sortie ?
Je me suis luxé la mâchoire à cheval et je me souviens encore parfaitement de ce que je me suis dit. "Ça fait mal mais finalement c'est pas mal, comme ça je sais que je suis encore en vie." .... Oui c'est horrible mais vrai. Puis quelques jours après je me suis dit que ce n'était pas possible que je ne pouvais pas me laisser rechuter dans le tunnel de l'enfer. Pas après la galère que j'avais eue avant de m'en sortir. Je n'avais plus assez de courage pour me faire remonter de plus bas d'où j'étais déjà. Ce que je trouve assez ironique c'est que c'est le souvenir des deux autres maladies qui m'a sauvé de la troisième. C'était donc vers janvier de terminale, il y a donc presque un an. 

Tes proches étaient-ils au courant ?
Non. Enfin pas vraiment, je ne m'avouais rien alors finalement je ne pouvais pas dire grand-chose surtout que ça voudrait dire que oui, il y avait quelque chose. Pourtant je disais quelque petits trucs par moment mais j'avais peur. Peur de la réaction des gens, de leurs regards. Je n'avais pas beaucoup de confiance en moi avant mais alors quand j'étais plongée là-dedans je n'en avais juste plus aucune. À présent oui, ils sont au courant car après 4 longues années de solitude j'ai fini par parler (une grande victoire), c'est comme ça que j'ai su que beaucoup s'en doutaient mais ils n'arrivaient pas à savoir vraiment ce qu'il se passait. Ils ont tous plus ou moins commencé à soupçonner quelque chose en seconde quand j'ai dû arrêter de prendre le bus à cause d'une tension trop basse le matin qui a failli me faire tomber, évanouie, un bon nombre de fois. Après ils ont eu plus de mal car tous ne savaient pas la même chose. Certains étaient au courant de mes saignements de nez à répétition d'autres de mes vertiges et d'autres du fait que je n'avais plus mes règles. Alors ils lançaient des choses un peu maladroites au début (donc en seconde et première) je leur en voulais de ne pas avoir compris, de ne pas m'avoir aidée puis finalement je me suis rendu compte que c'était presque impossible de venir m'aider car je ne voulais pas de cette aide tout simplement.

Avais-tu vu des spécialistes ?
Non, enfin pas de psy par exemple, que des médecins généralistes qui m'ont fait avaler un bon nombre de vitamines en gélules et qui ne me disaient toujours qu'une chose "Fais attention à ton poids". C'est sûr que quand on descend à 45 kilos pour 1m77 c'est peu. Mais c'est également un peu de ma faute je répondais toujours "Oui" à la question "Tu manges normalement ?"

Pourquoi as-tu peur de retomber dans cela ?
Car c'est l'horreur totale et que pour rien au monde je ne voudrais y retomber mais quand je vois comment j'y suis allée sans m'en rendre compte j'ai toujours peur de refaire la même chose. Il y a des moments où j'ai l'impression qu'un rien peut me refaire rechuter. Je dis souvent que nous sommes des traumatisés. Mine de rien j'ai de belles cicatrices comme par exemple une perte totale de mon identité. C'est assez violent de passer à jeune fille sans problème à jeune fille ex anorexique, boulimique et aux tendances dépressives. J'ai toujours peur encore aujourd'hui, quand il m'arrive de ne pas avoir tellement faim pendant quelques jours c'est la panique totale dans mon cerveau. Je ne sais pas si un jour j'arrêterai d'avoir peur, j'espère.

Y a-t-il quelque chose en particulier en ce moment qui te fait penser que tu pourrais de nouveau être anorexique ?
En ce moment même non, c'est vrai qu'actuellement ça va un peu mieux. En fait jusqu'à fin octobre je n'en avais jamais parlé avec mon ex avec qui j'ai été pendant un long moment durant cette période de ma vie. Je ne dis pas que nous avons cassé à cause de ce qui s'est passé pour moi et de ma non-parole mais je pense que ça a certainement joué. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai toujours voulu savoir s'il s'était douté de quelque chose ou s'il n'avait réellement rien vu. Après tout c'est vrai que je laissais échapper quelques petites choses mais rien de très explicite et bien qu'il lui arrivait de s'énerver devant ma "non-nutrition" je ne savais pas trop ce qu'il en avait pensé. Donc fin octobre j'ai enfin pu lui en parler et je ne sais pas, ça fait un peu comme si la dernière pièce de puzzle avait été placée. Un peu comme le point final à ce cauchemar. 

Maintenant, te sens-tu soutenue par tes proches ?
Oui. Je sens que par moment ils ont du mal à tout saisir car il faut l'avouer comme beaucoup de maladies mentales c'est relativement complexe pour tout comprendre au point que parfois même nous-mêmes avons du mal. Alors quand il s'agit de personnes extérieures qui n'ont jamais vécu une anorexie, une boulimie ou même une dépression je peux concevoir que ce ne soit pas la chose la plus simple à faire. Cependant, ils ont leur façon de tout de même essayer et c'est relativement touchant et rien que pour cela je me dis que finalement je n'ai pas le droit de me laisser retomber quoi qu'il arrive.

Tu penses que tu le sentiras venir si tu retombes dans cela ? Et que tu arriverais à t'en sortir avant que cela n'empire ?
Sincèrement je n'en ai pas la moindre idée et c'est sûrement ça qui est le plus terrifiant : savoir qu'on peut être à nouveau entraîné à l'aveuglette dans ce cercle de l'horreur. Si j'arrivais à me relever, là encore je ne sais pas du tout, j'espère de toutes mes forces en tout cas.

Si tu avais un conseil à donner aux personnes anorexiques, lequel serait-il ?
Battez-vous ! Battez-vous car aucune maladie n'a le droit de prendre vos vies comme ces maladies le font. On n'a pas le droit de vous détruire de l'intérieur comme elles se l'y autorisent. Vous n'êtes pas faible, personne ne l'est, on a tous le droit de tomber par moment mais ce n'est pas une raison pour ne pas se battre pour remonter la pente. Je ne dirai pas que le retour est simple, il ne l'est pas, il est incroyablement long et douloureux mais je vous assure que quand on arrive enfin à sortir la tête de l'eau c'est une magnifique victoire. On se sent à nouveau vivant et croyez-moi ça en vaut la bataille. Je ne crois pas que vous aimez réellement vous faire vomir, appréhender chaque repas au point de faire des crises d'angoisse, vomir encore et encore. Je ne pense pas non plus que vous aimez vous sentir vide, minable, mort, faible et exténuée. Ni même avoir peur de s'écrouler à chacun de ses pas, avoir peur d'affronter les regards des gens qui autour de ne nous s'inquiètent. Oui car peu importe ce que vous pouvez vous dire, ou ce que ces voix infestes vous disent, vous n'êtes pas seuls. Alors prenez le peu de courage dont il vous reste et fuyez ces maladies détestables. Ne les laissez pas vous faire vivre ce cauchemar plus longtemps. Ne les laissez pas vous ôter votre vie.

Un dernier mot ?
Restez fort, quoi qu'il arrive. ♥ 

Tags : Dépression - Anorexie - Boulimie - TCA

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.161.116.225) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Artvunelarble

    24/04/2016

    C'est une peur que je comprends totalement parce que je pense que les maladies qui touchent l'âme, l'esprit qui est en nous ne s'effacent jamais vraiment. Fais toi confiance. Attache toi. Entoure toi des bonnes personnes qui sauront t'aider à te relever quand tu auras des moments de faiblesse.
    J’espère qu'à l'heure où j'écris ce commentaire, tu es une fille heureuse et épanouie avec son corps, sa tête.
    Courage ma belle, Manon.

  • autumn-butterflies

    12/04/2016

    Coucou toi :3
    Hmmm je suis désolée, je sais que ça date d'il y a plus d'un an mais euh bon, je reprends seulement le blog. Donc vraiment désolée de te répondre maintenant !!
    Tu avais répondu à mes questions pour un témoignage sur l'anorexie-boulimie... Mais j'ai abandonné le blog, du coup il n'a jamais été publié. Vraiment désolée, encore une fois. Du coup je reviens vers toi pour voir où tu en es, si tu as toujours envie de témoigner... :)
    Bisous,
    - Flo'

    -> Non mais ne t'inquiète pas, mon témoignage avait été publié (cet article justement) mais si jamais tu as du temps je suis totalement disposer à retémoigner, il y a eut quelques évolutions depuis ce témoignage :)

  • Sensitiive

    25/11/2015

    Je suis nouvelle sur skyrock, ce besoin d'écrire qui me ronge m'as poussé ici .
    J'ai lu ton blog et vraiment bravo tu est tellement courageuse.
    Merci de me donner de l'espoir !

  • W0nderful-pblv-x3

    19/06/2015

    Super touchant ton témoignage.. Tu as beaucoup de courage bat toi :)

  • Juust--a--dream

    12/02/2015

    Courage à toi, j'en ai aussi ! Si besoin n'hésite pas !

  • OnEstTousDifferents

    11/02/2015

    autumn-butterflies wrote: "Merci pour cet article :)♥ "

    Merci à toi ♥
    - Flo'

  • falling-ice

    18/01/2015

    Je suis une addictif de son blog. Je la trouve incroyable, et si forte... Ses textes sont vraiment écrits avec tant d'émotions, enfin là on parle de sa / ses maladies, et je n'ai qu'un mot à dire : courageuse, voilà ce qu'elle a était et qu'elle est encore. Jolie Autumne...

  • MyRaisonToBe

    18/01/2015

    J'admire celle que tu es. Bravo. Tu es quelqu'un de fort

  • Hobbiesareeverything

    18/01/2015

    Magnifique témoignage!

  • L-Aube-Des-Mots

    17/01/2015

    Témoignage très émouvant, je trouve que tu as été très courageuse, et forte. Bon courage pour la suite, mais je suis sûre que tu va t'en sortir tu sembles bien déterminée. :)

Report abuse